Atelier
Hommage à l’artisanat du 21ème siècle :

Yom de Saint Phalle est un sculpteur autodidacte ; il réalise ses premières œuvres entièrement seul avec très peu de moyens. Il apprend l’essentiel de son savoir faire auprès d’artistes connus (Niki de Saint Phalle, Raymond Hains). Très vite cependant, il a été confronté à ses lacunes techniques et même physiques, quand il fallait par exemple produire douze à quinze pièces en moins de trois mois pour une expo.

Guillaume de Saint Phalle a donc dû se tourner vers des artisans inconnus du grand public, auxquels il doit aujourd’hui une grande part de ses capacités réelles, cette possibilité de transcrire l’idée artistique en objet concret : qui incarne l’idée sans compromission.
Mais un objet concret, selon lui, c’est aussi un objet qui dure, dont la qualité est optimale, réalisé dans les règles de l’art. Or cet art, est véritablement la propriété des artisans.

En effet, dès qu’on doit produire des formes complexes, il faut souvent des techniques et des machines tout aussi compliquées. On comprend aisément que l’investissement nécessaire à l’acquisition et à la maîtrise de telles machines n’est pas accessible à un jeune sculpteur. C’est donc grâce aux artisans, à leur générosité, à leur intégrité, et surtout à leur passion du métier, qu’il peut travailler, imaginer et produire sa sculpture.

Yom de Saint Phalle a le plus souvent intégré les lieux le temps des productions afin biensûr d’aider, de contrôler, mais surtout d’apprendre c'est-à-dire de participer. Cette rubrique est là pour vous faire partager mon aventure de l’intérieur, au travers des séquences successives de production ; ne comptez pas sur lui pour vous soumettre un mode d’emploi exhaustif ; il souhaite seulement vous permettre de mesurer les différentes étapes de réalisations, le temps et l’énergie mise en œuvre.
Antonin Gasque : mouleur. Il a souffert Antonin pour mettre au point les moules d’où sont nés mes multiples. Les formes évidées dans les trois dimensions interdisent l’idée de carottes rigides pour structurer l’intérieur ; les moules devaient donc être souples et déclipsables afin de pouvoir les...
En arrivant à Mumbaï pour une résidence d’artiste de deux mois, Guillaume de Saint Phalle a eu la chance de trouver un atelier de fabrication de meubles en bois qui utilisait du tek ancien, récupéré sur de vieilles maisons coloniales britanniques.
Le squat de la Jarry à Vincennes, c’est là que Yom de Saint Phalle a commencé en 2003, dans un coin d’atelier prêté par son pote David Deshommes ; ils ont bricolé une petite machine en bois de découpe au fil chaud.
Société TPP, Patrick et William aux commandes, diplômés « Bonzini » et artisanat d’art, ici on peut presque tout peindre, pourvu que ce soit moins grand qu’un Airbus. La possibilité pour Guillaume de Saint Phalle d’expérimenter des couleurs rares, techniques et le sur-mesure (couleurs perso).
Société NC Décor, Julien et Yvon aux commandes, découpe numérique au fil chaud de blocs de polystyrène haute densité (M3) ; plusieurs phases de découpe selon la taille et la complexité des formes à produire.
 

 
YouTube
Facebook
Twitter
Mobile
Rss